Suunto 9 avis : vous explique tout sur cette montre

Suunto 9
4.9
(456)

Suunto 9 – Avis. 

Il s’agit d’une bonne montre de sport dotée de fonctions d’autonomie intelligentes, mais la précision de la fréquence cardiaque et le logiciel ennuyeux l’handicapent, surtout par rapport aux montres Garmin qui offrent plus de fonctions tout en étant plus faciles à utiliser.

On aime
  • Un design magnifique
  • Matériaux de première qualité
  • L’application est excellente
On n’aime pas
  • Grand cadre/petit écran

Courir avec la Suunto 9

Suunto 9

La confusion a régné lorsque j’ai commencé à configurer mon mode de course sur la Suunto 9. C’est en partie parce qu’il y a deux applications (nous y reviendrons plus tard), mais c’est surtout parce que Suunto a créé une multitude de profils de course différents que vous pouvez synchroniser avec la montre. Il y a Running Basic, Intervals, Race, Track et d’autres, mais ceux-ci ne me convenaient pas, donc j’ai naturellement commencé à configurer mon propre mode de course, ce que je suppose que la plupart des gens prêts à dépenser plus pour une montre de course voudront faire. Cependant, cette décision vous limite à quatre écrans de données, dont l’un est fixé à la navigation. Dans les modes prédéfinis de Suunto, vous disposez d’écrans plus personnalisables et, surtout, de la possibilité de définir des intervalles à suivre sur la montre avant de commencer une course. Vous ne pouvez pas faire cela dans votre propre mode personnalisé, ce qui est ridicule.

Il n’y a pas non plus de moyen de créer des entraînements structurés plus compliqués à suivre sur la montre, une fonction qui apparaît sur les montres Garmin et Polar, bien moins chères que la Suunto 9.

Mes premières impressions n’ont donc pas été très bonnes, mais j’ai apprécié le fait que vous puissiez afficher jusqu’à sept statistiques sur l’écran, ainsi qu’une jauge sur le pourtour extérieur indiquant la zone de fréquence cardiaque dans laquelle vous vous trouvez, ce qui est très utile pour ceux qui cherchent à garder une course facile ou à atteindre une zone seuil à mi-course.

Malheureusement, j’ai constaté que le suivi de la fréquence cardiaque de l’appareil est inutile pendant la course. Le Suunto 9 s’est verrouillé sur ma cadence à chaque fois que je courais et m’a donc placé dans la zone cardiaque maximale à tout moment, ce qui a également faussé d’autres statistiques comme le temps de récupération. C’est un problème que j’ai rencontré avec toutes les montres Suunto que j’ai essayées, et bien qu’elles ne soient pas les seules à avoir du mal à fournir une fréquence cardiaque précise au poignet, le verrouillage constant de la cadence les rend plus inutiles que la plupart des autres. A moins bien sûr que vous ne souhaitiez simplement avoir un aperçu rapide de votre cadence, auquel cas les zones sont très pratiques.

Vous pouvez facilement coupler la montre à une ceinture de fréquence cardiaque, mais uniquement via Bluetooth, et non ANT+. Si vous êtes intéressé par le suivi de la fréquence cardiaque et que vous avez jeté votre dévolu sur cette montre, prévoyez également un moniteur de fréquence cardiaque.

Une fois la montre équipée d’un bracelet, l’expérience de la Suunto 9 est plutôt agréable. En dehors de l’absence de séances d’entraînement personnalisables, elle offre toutes les statistiques qu’un coureur peut souhaiter et une navigation par fil d’Ariane. Cette dernière est rendue particulièrement utile par le fait que vous pouvez rapidement créer un itinéraire dans l’application Suunto à l’aide d’une carte qui met en évidence les pistes proches qui sont populaires auprès des autres utilisateurs de Suunto. Vous n’obtenez pas beaucoup de détails sur votre environnement – juste des lignes orange sur un fond arrière – mais vous pouvez créer un itinéraire simple en quelques secondes et l’afficher sur la montre, et les itinéraires populaires sont particulièrement pratiques si vous aimez courir lorsque vous voyagez.

Vous pouvez également créer des itinéraires plus complexes à l’aide d’une carte appropriée sur le site Web Sports Tracker, qui renvoie à la nouvelle application Suunto, ou sur le site Web Movescount, qui renvoie à l’ancienne application Movescount. Cependant, le Suunto 9 se bloquait la plupart du temps lorsque j’essayais de le synchroniser avec l’application Movescount, donc en réalité vous devez utiliser la nouvelle application.

Tout ce qui précède fait de la Suunto 9 une montre de course solide, mais ne l’élève pas vraiment au-dessus de ce que vous obtenez des appareils qui coûtent environ 300 £, en particulier compte tenu du suivi de la fréquence cardiaque douteux et du manque d’entraînements structurés. Ce qui fait de la 9 un appareil haut de gamme, cependant, ce sont ses modes de batterie intelligents.

À première vue, ces modes sont assez basiques : vous effectuez des relevés GPS moins souvent et vous éteignez l’écran pendant une course pour augmenter l’autonomie de la batterie. Dans le mode le plus précis, où un relevé GPS est effectué toutes les secondes, une charge complète permet d’obtenir 25 heures de GPS, qui peuvent être étendues à 50 heures en sélectionnant le mode Endurance (un relevé toutes les 60 secondes) et à 120 heures en mode Ultra, où un relevé est effectué toutes les 120 secondes et où l’écran s’éteint jusqu’à ce que vous appuyiez sur un bouton pour le réveiller.

D’autres montres offrent des fonctions similaires comme la Suunto 5, mais la 9 les surpasse en facilitant le passage d’un mode à l’autre, avant ou même pendant une course, en vous alertant si vous êtes à court de jus, et en fournissant un suivi de la distance et une carte assez précis même en mode Ultra. Cela est dû à la fonction FusedTrack, qui utilise d’autres capteurs de l’appareil pour créer une carte de votre course et mesurer votre distance même si les relevés GPS ne sont effectués que toutes les 120 secondes.

J’ai comparé cette fonction à celle d’un Garmin relié à un footpod lors d’une course urbaine difficile à suivre qui impliquait également des tours de piste, ce qui peut mettre en échec même les appareils GPS. En mode Ultra, le Suunto a mesuré ma course à 15 km, ce qui est remarquablement proche des 14,6 km enregistrés par le Garmin, ce qui est vraiment très bien compte tenu du parcours concerné. Le Polar Vantage V, dans son meilleur mode d’enregistrement, était en fait moins précis que le Suunto en mode Ultra sur cet itinéraire.

Il s’agit d’une excellente fonctionnalité qui plaira particulièrement aux coureurs d’ultramarathon, même si je ne peux m’empêcher de penser que la plupart des gens ne l’utiliseront jamais ou très rarement. Je n’en ai pas eu besoin à un moment ou à un autre de mon utilisation de la montre, car l’autonomie de 25 heures du GPS est toujours excellente et je voulais le mode d’enregistrement le plus précis possible, comme la plupart des coureurs, je suppose. En conséquence, la fonction la plus intelligente de la Suunto 9 ne fait pas grand-chose pour compenser ses autres défauts pour les coureurs, à savoir le suivi imprécis de la fréquence cardiaque, la configuration bizarre du mode sport et le manque d’entraînements structurés. C’est toujours un excellent tracker de course, mais il est surclassé par d’autres appareils à son prix et même par certains appareils moins chers.

Faire du vélo avec la Suunto 9

Suunto 9

Il n’y a pas beaucoup de différence entre les différents modes sportifs du Suunto 9, à part le fait de changer les statistiques par défaut que vous voyez pour qu’elles soient plus pertinentes pour l’activité. L’appareil est un peu meilleur pour suivre la fréquence cardiaque en vélo qu’en course à pied – il semble vraiment que ce soit le pied qui frappe le sol qui le déstabilise – et il peut être relié à des wattmètres et à des capteurs de vitesse/cadence, mais seulement par Bluetooth.

Nager avec la Suunto 9

Comme on peut s’y attendre d’une montre multisports haut de gamme, la Suunto 9 peut suivre les nages en piscine et en eau libre, et dispose d’un mode triathlon. Avant de commencer une séance en salle, vous pouvez définir la taille de la piscine, bien que la plage soit limitée de 15 à 330 mètres. La limite supérieure est un peu excessive, et la limite inférieure inadéquate. L’une de mes piscines locales fait 13 m et je n’ai pas encore rencontré de piscine de 330 m de long.

Le cardiofréquencemètre continue d’enregistrer dans l’eau et il semble faire un travail décent. Je ne l’ai pas comparé à une ceinture pectorale, mais l’enregistrement du Suunto 9 correspondait étroitement à mon niveau d’effort – bien mieux que lorsque je l’utilisais pour la course à pied.

Pendant la natation, vous pouvez configurer les écrans de données pour afficher des statistiques spécifiques au sport, comme la vitesse de nage et les tours de piste, que vous pouvez également consulter par la suite. Cependant, l’application Suunto manque de détails, et vous n’obtenez pas de graphiques de statistiques comme votre taux de nage au fil du temps. Au lieu de cela, vous obtenez des graphiques de fréquence cardiaque et de rythme, ainsi qu’une liste de statistiques où SWOLF est la seule information spécifique à la natation. Suunto doit améliorer ce point car c’est beaucoup moins détaillé que ce que vous obtenez de Garmin ou Polar après une baignade.

Suivi de l’activité avec le Suunto 9

Avec son look sportif, la Suunto 9 n’est peut-être pas une montre que tout le monde veut porter en permanence – mais si vous la gardez au poignet 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, vous pourrez suivre vos pas et vos calories actives, qui sont affichés pour la journée en cours et dans un diagramme à barres pour la semaine passée. Vous pouvez également modifier votre objectif de pas par incréments de 1 000 jusqu’à 100 000, et votre objectif de calories actives par incréments de 50 jusqu’à 5 000. Dans l’application Suunto, vous pouvez voir un graphique à barres des quatre dernières semaines pour les deux mesures, ainsi que votre moyenne quotidienne sur cette période. Vous pouvez également configurer ce graphique pour qu’il affiche vos totaux hebdomadaires, mensuels ou annuels de pas et de calories.

Suivi du sommeil sur la Suunto 9

Le suivi du sommeil sur la montre est similaire au suivi des pas et des calories actives. Vous obtenez un instantané de votre temps total de sommeil sur la montre elle-même, et vous pouvez ensuite visualiser vos totaux sur les semaines, mois et années récentes dans le tableau de l’application. Le détail de la nuit de sommeil est assez basique, cependant – vous obtenez juste le temps de sommeil, le temps d’éveil et votre fréquence cardiaque moyenne. C’est moins que ce que vous obtiendrez de Garmin, Polar et Fitbit, qui fournissent tous des détails sur le temps passé en sommeil léger, profond ou paradoxal, ou un graphique de vos mouvements pendant la nuit.

En bref, la Suunto 9 permet de suivre votre sommeil, mais elle manque de détails pour être vraiment utile. Bien que la montre soit assez légère et ne m’ait pas dérangé pendant la nuit lorsque je la portais, je n’ai guère trouvé d’intérêt à le faire et l’ai rapidement relégué sur ma table de nuit.

L’application Suunto

Suunto a lancé l’appli Suunto au printemps 2018 pour entamer une transition progressive vers l’abandon de l’ancienne plateforme Movescount, qui sera fermée à l’été 2020. Cette approche interminable a causé beaucoup de confusion et de frustration, en particulier parce que le Suunto 9 a l’habitude de se figer si vous essayez de le synchroniser avec les deux apps, ou si vous essayez d’utiliser Movescount tout seul.

Je vous conseille d’utiliser la nouvelle application, qui est plus rapide à synchroniser et qui ne provoque pas de blocage de la montre. La nouvelle application est parfaitement fonctionnelle, même si elle n’offre pas les détails détaillés de vos activités fournis par Movescount.

L’une des fonctions qui m’a définitivement séduit dans l’application Suunto est son ingénieux planificateur d’itinéraires, et la section agenda présente de manière intelligente vos derniers exercices, vos pas, les calories brûlées, votre sommeil et votre niveau de forme physique (un score VO2 max estimé) dans un graphique à barres montrant les quatre dernières semaines.

L’application ne fournit pas encore beaucoup de détails sur vos activités quotidiennes et votre sommeil, et bien qu’elle ait ajouté la prise en charge de Strava, la liste des applications que vous pouvez lier à elle est courte. TrainingPeaks, Relive et Endomondo sont présents, mais MapMyRun et de nombreuses autres applications populaires ne le sont pas. Je ne doute pas que Suunto finira par faire fonctionner son application à plein régime, mais la longue période de transition aura certainement rebuté les utilisateurs qui peuvent facilement se tourner vers les plateformes Garmin et Polar, entièrement développées et faciles à utiliser.

Combien de fois vais-je devoir le recharger ?

Suunto 9

Si l’on met de côté les modes de batterie GPS intelligents de la montre, qui peuvent prolonger considérablement sa durée de vie si vous souhaitez les activer avant une course ou un cycle, lorsque vous laissez la montre dans son mode de batterie le plus précis, ce que j’ai fait tout le temps lorsque je ne testais pas le mode Ultra, elle affiche une autonomie GPS assez standard de 25 heures. J’ai trouvé que cela correspondait à environ dix jours d’autonomie en courant la plupart du temps.

Moyenne 4.9 / 5. Nombre de vote 456

Dernière mise à jour le 2022-12-06 / Liens affiliés / Images de l'API Amazon Partenaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fitbit Versa 3

Avis Fitbit Versa 3 : de quoi est capable cette montre

Polar Grit X Pro

Polar Grit X Pro avis – la valeur ajoutée de cette montre